Si WordPress vous permet d’intégrer du contenu sur votre site, il ne l’optimise pas automatiquement pour le référencement ! Heureusement, des méthodes et des outils tels que les plugin SEO WordPress vous aident à optimiser votre texte sur WordPress. En adoptant une double approche WordPress SEO, vous multipliez vos chances de positionner votre contenu parmi les premiers résultats de recherche. Ainsi, vous augmentez votre trafic organique, et par conséquent votre taux de conversion et votre chiffre d’affaires. Vous possédez un site WordPress et vous souhaitez devenir un expert SEO ? Voici 3 conseils pour vous aider à optimiser votre contenu SEO sur WordPress !

1. Rédiger du contenu de qualité et SEO friendly

Bien choisir vos mots-clés

Avant de rédiger votre texte sur WordPress, définissez vos mots-clés, c’est-à-dire le groupe de mots avec lequel vous souhaitez vous positionner sur les moteurs de recherche. Sélectionnez rigoureusement vos mots-clés selon le sujet que vous souhaitez aborder. Pour les identifier, utilisez un outil de recherche de mot-clés ! Celui-ci vous permet de :

  • choisir des mots-clés concurrentiels, correspondant à un volume de recherche important et à un coût par clic élevé (dans une logique de référencement payant) ;
  • privilégier des mots-clés moins concurrentiels, dont le volume de recherche est plus faible (mots-clés de niche, stratégie de « longue traîne »).

Grâce aux mots-clés sélectionnés, déterminez le titre de votre texte, ainsi que la catégorie à laquelle il appartient sur votre site. Attention aux étiquettes sur WordPress ! Leur sélection requiert une attention particulière. En effet, elle repose sur une étude approfondie lors leur mise en place pour éviter de parasiter la navigation de vos internautes et le maillage de site. Si vous ne savez pas comment procéder il vaut mieux dans ce cas ne pas utiliser les étiquettes.

Écrire un texte pertinent pour Google et l’internaute

Un contenu optimisé pour le référencement doit plaire à Google autant qu’à l’internaute. Le moteur de recherche valorise le contenu authentique, structuré, cohérent, légitime… et susceptible de plaire à l’internaute ! Lorsque vous rédigez votre contenu web, pensez au support de lecture. Qu’il s’agisse de tablette, d’ordinateur ou de smartphone, ils sont dotés d’écrans rétro-éclairés, et submergent l’internaute de notifications et de contenu web. Ainsi, l’internaute se fatigue rapidement, et scanne une page plus qu’il ne la lit. D’où l’importance de soigner votre contenu, tant sur le fond que sur la forme.

Pour rédiger du contenu qualitatif et à forte valeur ajoutée, aussi bien pour l’internaute que pour Google :

  • basez vos recherches sur des sources fiables ;
  • développez le champ lexical de vos mots-clés ;
  • utilisez des techniques de copywriting pour marketer votre contenu et attiser la curiosité de votre lecteur. Rédigez notamment des titres et des sous-titres accrocheurs ;
  • générez du contenu unique, non dupliqué.

Concernant la mise en forme de votre texte, voici quelques éléments à prendre en compte dans le cadre de votre stratégie SEO optimisation WordPress :

  • un texte composé de 1 500 à 2 000 mots ;
  • l’insertion de listes à puces, visuelles et percutantes ;
  • des liens externes et des backlinks, pointant et provenant de sites pertinents d’autorité. Pensez à les ouvrir dans un nouvel onglet ;
  • le renforcement du maillage interne, grâce à des liens internes pointant vers d’autres pages de votre site. Utilisez des ancres naturelles pour fluidifier la navigation de l’internaute et réduire le taux de rebond ;
  • un CTA dans la conclusion, pour inciter le lecteur à passer à l’action (lire un autre article, acheter un produit, vous contacter) ;
  • une bonne ergonomie de votre site web : vitesse de chargement des pages web optimale, site « responsive » adapté à l’utilisation mobile, etc.

2. Utiliser un plugin WordPress SEO

Modifier les micro-contenus générés par WordPress

WordPress génère automatiquement des micro-contenus qui ne sont malheureusement pas toujours optimisés. Vous pouvez rapidement structurer et optimiser les micros-contenus tels que :

  • l’URL et les permaliens ;
  • les balises Méta : le Title et la Méta Description ;
  • les intitulés de rubriques : le titre de l’article (H1), les titres de paragraphes (H2) et les intertitres (H3).

Pour ma part j’utilise maintenant sur tous mes projets l’un meilleur plugin SEO pour WordPress : le plugin SEOPress. Je ne pourrais pas vous lister l’ensemble des fonctionnalités de ce plugin dans cette article dédiée uniquement au contenu de votre site mais sachez qu’il fait tout ce que les autres plugins SEO proposent… en mieux. Et il ajoute d’autres fonctionnalités !

Pour une bonne optimisation raccourcissez l’URL générée automatiquement par WordPress. En effet, sa longueur et son contenu sont peu pertinents d’un point de vue SEO. Pour être optimisée, l’URL doit être simple et courte, écrite en minuscules et sans caractères spéciaux. Elle doit contenir les mots-clés, séparés par des tirets. Le plugin SEO WordPress SEOPress permet par exemple de supprimer ersonnalisez les permaliens générés automatiquement par WordPress… et qui ne sont pas SEO friendly !

Le plugin SEOPRess permet également d’effectuer une analyse de contenu avec mots clés illimités. Vous pourrez ainsi vérifier la densité de vos mots clés, leur présence sur dans les micros-contenus et le maillage de votre texte. Attention cependant, les conseils d’optimisation des plugins prennent en compte uniquement le contenu même de l’article et pas l’ensemble de la page. Selon votre thème ou vos autres plugins vous pouvez avoir du contenu ou des liens ailleurs que dans votre contenu principal.

Renseigner les balises Méta

Les balises Méta Title et Description sont extrêmement importantes. En effet, elles sont les premières informations visibles par l’internaute dans la page de résultats de recherche (SERP). Disposant d’un véritable impact SEO, elles sont évaluées selon leur degré de pertinence par le plugin SEO de WordPress SEOPress.

La balise Title est la clé d’entrée et le fil conducteur de votre article. Grâce au titre et aux mots-clés, elle indique à Google et à l’internaute le sujet principal de votre article. Ainsi, elle doit donner envie à l’internaute de cliquer sur votre lien. Vous pouvez faire confiance au paramétrage automatique de WordPress (titre, catégorie d’article, séparateur, titre du site), ou personnaliser manuellement cette balise. L’avantage de la saisie manuelle ? Elle vous permet de définir vous-même le nombre de caractères dans le SERP et d’y ajouter vos mots clés. D’un point de vue SEO optimisation WordPress, sa longueur dans le SERP doit être pertinente : elle doit contenir 70 signes au maximum, caractères et espaces compris.

Bien qu’elle n’ait pas d’impact sur le référencement, la Méta Description, située (en ce moment) sous la balise Title dans le SERP, est essentielle. Elle encourage l’internaute à cliquer sur votre lien, et lui confirme qu’il trouvera toutes les informations dont il a besoin. Composée de 150 à 200 signes, elle doit être saisie manuellement. N’hésitez pas à la copywriter pour résumer votre contenu ! Elle débute idéalement par une première phrase qui reformule la requête clé, sous la forme interrogative. La deuxième phrase, convaincante, est censée rassurer l’internaute sur la pertinence et la fiabilité de votre contenu.

3. Optimiser son texte avec des images, des videos et des extraits enrichis

Utilisez les contenus enrichis

Avant de cliquer sur un lien, l’internaute doit déjà être interpellé par celui-ci. Les « Rich Snippets », aussi appelés contenus enrichis, contribuent à améliorer le taux de clic des utilisateurs mobiles. De fait, ils améliorent la visibilité et l’affichage de votre contenu dans le SERP, grâce à des éléments tels que : les avis clients, des photos, un logo, votre situation géographie, etc. Intégrés sur WordPress grâce à des balises sémantiques, les extraits enrichis ne peuvent être utilisés que dans huit catégories définies par Google :

  • les avis ;
  • les recettes de cuisine ;
  • les entreprises et organisations ;
  • les événements ;
  • les applications ;
  • la musique ;
  • les produits de consommation ;
  • les personnes.

Une fois que l’internaute a cliqué sur un lien, il adopte alors un « regard balayage » et se livre à une « lecture repérage ». Ainsi, il parcourt un texte en se focalisant davantage sur : les mots en gras, les titres et sous-titres, le contenu média (image, vidéo), l’introduction et les premiers mots des phrases et paragraphes. Pour devenir un expert SEO WordPress, veillez donc à soigner votre introduction, aussi appelée haut de page. Pensez à y insérer vos mots-clés ! Une bonne introduction est bénéfique pour :

  • l’internaute, car vous lui donnez envie de poursuivre sa lecture ;
  • Google, car vous lui permettez d’analyser rapidement votre contenu. Ainsi, vous pouvez insérer un ou deux liens internes parmi les 300 premiers mots de votre texte, grâce à des ancres optimisées.

Intégrer du contenu média : images et vidéos

Le contenu vidéo fait partie des 20 % du contenu lu en intégralité par l’internaute. Pour intégrer une vidéo dans votre contenu, vous pouvez la télécharger depuis votre serveur, en format MP4, OGG ou WEBM. Vous pouvez aussi intégrer une vidéo hébergée sur une plateforme grâce à son URL. Dans tous les cas, veillez à ce que votre vidéo soit « responsive » ! En effet, elle doit s’adapter à la taille de l’écran d’un smartphone. L’intégration d’une vidéo dans votre haut de page présente de nombreux avantages pour votre contenu WordPress SEO :

  • elle résume l’information principale de l’article pour l’internaute ;
  • elle sert une stratégie 360° en créant des liens entre votre site et votre chaîne Youtube. Or, le croisement des canaux de communication vous permet de drainer un trafic plus important, car les prospects sont différents d’un canal de distribution à l’autre ;
  • elle possède une fonction de CTA, en incitant l’internaute à cliquer sur d’autres contenus.

Aussi, n’hésitez pas à intégrer des images illustratives depuis la rubrique « média » sur WordPress. Tout comme la vidéo, la taille et le format de vos images doivent être « Mobile First ». Des images trop lourdes peuvent ralentir le chargement d’une page web, surtout sur un smartphone ! Veillez à opter pour l’un des formats reconnus par Google : BMP, GIF, PNG, JPEG, WebP ou SVG. Afin d’optimiser ces images pour le référencement naturel, définissez :

  • le nom du fichier : il décrit l’image grâce à des mots-clés, séparés par des tirets ;
  • l’attribut ALT (texte alternatif), très important pour le référencement dans la mesure où il s’affiche lorsque le visuel ne s’affiche pas. Il doit être descriptif, sans tiret ni caractères spéciaux ;
  • la description titre, la légende ainsi que la description image ne sont pas prises en compte pour le référencement. Elles apportent des informations complémentaires sur l’image en question.

En suivant ces 3 conseils lors de l’intégration de votre texte, vous allez générer un contenu à la fois pertinent pour Google, l’internaute et le mobinaute. D’un côté, vous favorisez le référencement SEO pris en compte par les moteurs de recherche. De l’autre, vous valorisez l’expérience utilisateur appelée UX, et notamment l’utilisation mobile. Globalement, vous ferez de l’optimisation SEO et UX donc du SXO (Search eXperience Optimization). Ainsi, votre contenu est à la fois qualitatif sur le plan rédactionnel, optimisé d’un point de vue SEO et « Mobile First » !

Dans le cadre de votre stratégie SEO optimisation WordPress, n’hésitez pas à mesurer la rentabilité de vos actions SEO. Il vous suffit pour cela d’évaluez le taux de conversion de vos internautes, le trafic généré sur votre site ou le nombre de souscriptions à votre newsletter.